+34 647 788 961

Le site la ville murcienne d'Águilas abrite quelques-unes des plus belles criques du sud-est de la péninsule ibérique. Autour des eaux cristallines de la baie d'Hornillo, située à l'est de la ville, se trouve également un riche patrimoine, présidé par un affleurement monumental : l'Isla del Fraile. L'existence de vestiges archéologiques sur ce site est connue depuis le XVIIIe siècle, mais ce n'est que dans les années 1970 que des tentatives de fouilles ont été entreprises. Ces tentatives sont toutefois restées sans suite. Grâce au soutien institutionnel de la mairie d'Águilas, un nouveau projet de recherche interdisciplinaire a été lancé il y a deux ans, sous la direction du professeur Alejandro Quevedo, de l'université Complutense de Madrid (UCM), et de Juan de Dios Hernández García, directeur du musée archéologique d'Águilas, qui a également bénéficié du soutien de l'assistant en archéologie Ricardo Muñoz Yesares. Aujourd'hui, après des mois de travail, le projet dévoile ses premières avancées sur le passé de la région.

SAUCE DE POISSON CENTENAIRE
Lorsque les travaux ont commencé, rien ne laissait présager les surprises cachées dans les nombreuses tonnes de terre provenant de la partie inférieure de l'île. L'une des plus choquantes à ce jour a été la découverte d'un entrepôt romain datant de plus de 1 500 ans. L'entrepôt chambreLes amphores, dont les murs atteignent jusqu'à quatre mètres de haut, abritent une magnifique collection d'amphores. Exceptionnellement, certaines amphores contenaient encore une partie de leur contenu d'origine : le garum, la fameuse sauce romaine à base de poisson. De l'argile avec laquelle elles ont été fabriquées aux arêtes de poisson qu'elles contenaient, tout a été soumis à une analyse scientifique rigoureuse. Les petites arêtes et les écailles sont étudiées en collaboration avec des spécialistes français de l'ichtyofaune pour comprendre la fabrication de ce produit populaire. Des travaux récents publiés dans le cadre du projet ont montré que des sauces à base de sardines, mais aussi d'espèces comme la chucla, un poisson sans grande valeur commerciale aujourd'hui, étaient déjà commercialisées dans les Águilas des IVe et Ve siècles de notre ère.

Les amphores découvertes dans l'entrepôt romain contenaient une partie du contenu original : le garum, la fameuse sauce de poisson romaine.

L'étude des poteries a révélé que certaines amphores provenaient de Tunisie, l'ancienne province romaine de l'Afrique proconsulaire, tandis que d'autres étaient produites localement. Un nouveau type a d'ailleurs été identifié, baptisé Fraile 1 en l'honneur du site où il a été trouvé. Cette découverte, ainsi que celle d'un énorme réservoir de poisson salé de quatre mètres de long, confirme que l'île était un centre économique important lié à l'exploitation des ressources de la mer.

UNE NÉCROPOLE ET UN ESPION
Lorsque l'intervention a été étendue à un secteur adjacent, plusieurs sépultures ont été documentées de manière inattendue. La position latérale des corps, l'absence de mobilier funéraire et leur orientation vers l'est, en direction de la Mecque, ont rapidement fait soupçonner qu'il s'agissait d'une nécropole islamique. Pour l'instant, il est possible de la dater du 12e au 13e siècle après J.-C., une période qui n'est guère connue.
a des parallèles sur la côte. L'étude détaillée des restes de ces individus, actuellement en cours, tentera de déterminer les maladies dont ils souffraient, leurs éventuelles relations de parenté et même des aspects de leur régime alimentaire.

L'étude détaillée des restes des individus retrouvés dans la nécropole islamique, actuellement en cours, tentera de déterminer les maladies dont ils souffraient, leurs éventuels liens de parenté et même des aspects de leur régime alimentaire.

Ce travail, auquel participe le prestigieux photographe sous-marin Jordi Chías, permet de cartographier les matériaux immergés dans la baie d'Hornillo afin d'identifier d'éventuelles épaves et des zones servant de mouillage. Parmi les découvertes les plus singulières de la campagne, il convient de souligner l'anse en bronze d'une cruche romaine décorée d'un satyre et d'un cheval ailé, actuellement en cours de restauration.

UN PROJET INTERNATIONAL
L'enthousiasme suscité par ce projet, mais aussi le défi qu'il représente sur le plan scientifique, ont fait que, ces dernières années, toute une série de chercheurs se sont joints au projet, faisant d'Águilas un point de référence pour le travail interdisciplinaire dans le domaine de l'archéologie. Les archéologues légistes Ángel Fuentes et Víctor A. Morcillo, du LafUAM, ont été rejoints par des spécialistes en archéologie architecturale comme Francisco Moreno, de l'Université Complutense de Madrid, en géoarchéologie comme Mario Gutiérrez, de l'Université de Jaén, et en céramique et ichtyofaune africaines comme Tomoo Mukai et Myriam Sternberg, du Centre Camille Jullian de l'Université d'Aix-Marseille. Avec cette dernière, un projet sera développé pour explorer les liens entre l'île et l'Afrique du Nord : "CERAFRICS. Consumption and Exchange of Roman African Ceramics in Southeastern Spain", financé par l'École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (EHEHI - Casa de Velázquez).

L'enthousiasme pour ce projet, mais aussi le défi scientifique qu'il représente, a conduit un certain nombre de chercheurs internationaux à rejoindre le projet ces dernières années.

Les étudiants en archéologie de dix universités espagnoles ont également contribué au succès des fouilles, tout comme les nombreuses entreprises et fondations privées qui ont collaboré à leur financement par le biais du mécénat (OSS, Culmárex, Fundación Cajamurcia, etc.), Auberge Isla del FraileCressi, Muebles Montalbán), le soutien logistique de la protection civile et l'appui incontestable de la mairie d'Águilas ont également été fondamentaux.

L'IMPORTANCE HISTORIQUE DES AIGLES

Le site Friar's Island est une véritable icône paysagère et émotionnelle pour les habitants d'Águilas, qui sont très conscients de l'importance historique et archéologique du site et qui comprennent parfaitement la nécessité de protéger un site unique en Méditerranée. L'un des principaux objectifs du projet est de préserver sa valeur archéologique, mais aussi sa valeur écologique, avec ses herbiers de posidonies et les différentes colonies d'oiseaux qui vivent dans la région. Situé à côté du parc régional de Cabo Cope, il s'agit du seul site archéologique catalogué comme bien d'intérêt culturel terrestre et sous-marin dans la région de Murcie. Son écosystème délicat, ainsi que l'existence de puits et de structures menaçant de s'effondrer, font que, pour l'instant, l'accès est exclusivement réservé à l'équipe de recherche. Cependant, une partie du matériel récupéré sera progressivement exposée au Musée archéologique municipal d'Águilas.

SUIVRE LE LIEN VERS LE SITE DU NATIONAL GEOGRAPHIC https://historia.nationalgeographic.com.es/a/anforas-necropolis-y-casa-espia-ultimos-descubrimientos-excavaciones-isla-fraile_17414

Support WhatsApp de WeCreativez
Notre équipe du service client est là pour répondre à tes questions - demande-nous ce que tu veux !
Bonjour, comment puis-je t'aider ?